23 décembre 2016 -

Interview – L’inimitable !!! (Chk Chk Chk) au Sziget 2016

Nous avons posé les questions les plus malignes mais aussi les plus idiotes à l’incroyable !!! (Chk Chk Chk) au Sziget Festival 2016

The interview in English

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Salut Chk Chk Chk, comment se prononce le nom du groupe ?

Ça peut être n’importe quel son que vous répétez trois fois, « Chk Chk Chk », « pst pst pst », « tit tit tit », c’est tout ce que vous voulez donc il n’y a pas de mauvaise façon de le prononcer !

Et toi, tu le prononces comment ?

Je dis « Chk Chk Chk », c’est facile à dire et tout le monde nous appelle comme ça maintenant. C’est fun.

« Le live est plus dans l’immédiat »

C’est la première fois que vous jouez au Sziget ?

Non, je pense qu’on en est à la 3ème fois… C’est toujours fun de jouer ici, les gens s’éclatent et puis il y a toujours quelques groupes qui passent et que j’ai envie d’aller écouter. J’aime beaucoup le lieu aussi.

| → Voir le live report du concert de !!! au Sziget Festival 2016

Tu es considéré comme une vraie bête de scène, connu pour faire des performances de haut niveau. Tu préfères la scène et le studio ?

J’aime vraiment beaucoup les deux, ce sont deux expériences très différentes. Le live est immédiat, il y a quelque chose de plus excitant peut-être, de plus viscéral. Le studio a quelque chose de plus contemplatif, c’est comme si tu sculptais ou créais quelque chose. C’est super excitant aussi. J’adore vraiment les deux : être sur scène et en studio.

« Prince est sans doute mon artiste préféré »

Comment tu définirais le processus de création de Chk Chk Chk ?

On a essayé plein de procédés différents, le plus possible. On a cherché à créer différents sons, à provoquer différentes réactions. On ne veut pas que toutes les chansons se ressemblent. Les combinaisons ne sont pas toujours les mêmes : parfois je travaille avec Mario, parfois je bosse avec Raphael, parfois avec toute la troupe… Mais on fait surtout beaucoup de jams, et il en sort parfois un petit quelque chose d’unique. On enregistre tout sur ordinateur, puis on découpe les enregistrements en plusieurs séquences et on essaye d’écrire par dessus nos enregistrements de jam. On fonctionne beaucoup comme ça.

On a lu que tu aimais beaucoup Prince et son funk, quel a été la chanson la plus inspirante pour toi, et pour le groupe ?

Les meilleurs artistes sont ceux pour lesquels t’as du mal nommer leur meilleure chanson, et il y a tellement de chansons de Prince avec lesquelles j’ai une connexion forte et personnelle. Je les adore pour tellement de raisons différentes… Mais je cite souvent The Ballad of Dorothy Parker. C’est sans doute ma préférée.

Si vous deviez choisir une chanson à jouer en hommage à Prince, ce serait laquelle ?

On avait joué en live une chanson de lui qui s’appelle Extralovable. J’avais adoré… Je pense que c’est celle que je jouerais. On ne la jamais enregistrée en studio mais je crois qu’elle est encore quelque part sur Youtube.

Passé, présent et avenir de Chk Chk Chk

Si vous deviez choisir dans l’histoire de la musique, une décennie qui définirait le mieux Chk Chk Chk, ce serait laquelle ?

Aah… C’est super difficile ! Je pense qu’on a toujours essayé de s’ouvrir aux différentes périodes et influences. J’ai grandi comme adolescent dans les années 80 donc il y a clairement quelque chose de cette époque qui s’inscrit dans ce que l’on fait. Mais le funk et le disco des années 70 sont aussi des styles dont on a vraiment vraiment essayé de s’imprégner quand on a commencé. Plus récemment, c’est plutôt les années 90. En réalité, il y a toujours eu un effet miroir dans la musique, comme un retour en arrière de 20 ans. Aujourd’hui, c’est comme si tout le monde revenait vers les années 90, et c’est super excitant d’y revenir. En 2003, ça n’intéressait pas grand monde, mais aujourd’hui c’est comme si il y avait la distance suffisante pour que ça intéresse de nouveau les gens. Je pense que c’est surtout le style 90s que l’on retrouve dans notre dernier album et dans le nouveau.

Vous voulez dire que vous jetez de nouveau un oeil à la musique que vous faisiez dans les années 90 ?

En fait je dirais qu’on revient sur un style de musique des années 90 qu’on avait tendance à snober à cette époque. Par exemple, on adorait le Hip Hop et le R’n’B mais on n’aimait pas la Dance Music ni la House. Dans les années 90, on pensait qu’on était des sortes de punk. On pensait que ces styles de musique étaient stupides. Mais récemment, un vieil ami des années 90 est venu vers moi, un mec de la House, et m’a dit : « Tu vois tu t’es mis à la House music, je te l’avais dit ». C’était drôle, j’étais là : « Ouais ouais » [rires].

Est-ce qu’il y a quelque chose que vous n’avez pas fait durant ces 20 dernières années avec votre groupe et que vous vous sentiriez prêt à faire aujourd’hui ?

Je ne sais pas, c’est dur de savoir. On essaye toujours de faire quelque chose de nouveau, qu’on n’avait jamais fait avant. On essaye vraiment d’aller dans ce sens. On ne s’est jamais retrouvé à dire « Oh non, on ne peut pas faire ça ». On blaguait d’ailleurs là dessus l’autre jour, on se disait « On doit trouver les trucs qu’on n’a encore jamais fait dans un album ». Puis on s’est dit qu’on n’avait encore jamais fait une chanson qui durait 17 minutes et qu’on devait absolument faire ça. Donc peut-être qu’on doit faire ça !

Où vois-tu Chk Chk Chk dans 10 ans ?

Aucune idée. Tu sais, j’essaye de ne jamais trop me projeter. Je suppose que je n’aurais jamais pu imaginer, il y a 10 ans, que je serais encore là à faire ce que je fais aujourd’hui, et pareil pour les 10 ans encore avant… Donc j’essaye de ne pas trop y penser. Je planifie rarement des trucs trop des mois à l’avance… Donc encore moins sur 10 ans !

Quelles seraient les 3 chansons de Chk Chk Chk que tu conseillerais à quelqu’un qui ne connait pas le groupe ?

Hmm… Probablement Slyd, All U Writers et Girl One Boy.

Chk Chk Chk : « Un groupe underground partout

Quel est votre dernier coup de cœur musical ?

Ces derniers temps j’écoute pas mal de Hip Hop : Kodak Black, Lil Bibby, Lil Boosie… Je prends toujours du temps pour écouter avec attention ce qui s’y fait. Ce genre musical n’arrête pas d’évoluer, tous les vieux du hip hop sont partis et leur manières bien à elle de rapper, avec eux. Le hip hop d’aujourd’hui n’a rien à voir avec celui d’il y a 10 ans. C’est comme si cette musique avait évolué aussi vite que tous les autres styles musicaux réunis. J’ai toujours trouvé ça fascinant. Parfois j’ai envie de revenir sur des morceaux sur lesquels je me dis « De quoi parlent-ils au juste ? ». Ils rappent souvent sur les mêmes sujets mais j’ai ce besoin de réajuster à ma manière. Je pense vraiment qu’il y a des trucs qui se passent en ce moment qui sont vraiment excitants.

Est-ce qu’il y a un groupe de Hip Hop avec lequel tu aimerais collaborer ?

Je ne sais pas qui serait le bon compromis… Parce que c’est toujours assez marrant de se dire : « Oh j’ai super envie de travailler avec lui » mais c’est tellement différent dès que tu te retrouves avec quelqu’un en studio… Il faut que les égos de chacun soient compatibles. Il y a tellement d’artistes que j’adore avec lesquels je n’aurais jamais voulu travailler, Prince par exemple, je n’ai jamais voulu travailler avec lui, et il n’aurait jamais voulu travailler avec moi [rires]. Il veut travailler avec lui-même. Enfin… je ne sais pas.

Article écrit par Socrate Flagrant

Des rayons des disquaires aux salles de concerts en passant par la place derrière le micro, Socrate est un être de musique flagrant. A l’affût des dernières nouveautés indé comme des dernières innovations pour Indeflagration, c’est un créateur bercé dans la folk et le funk. Il vous régale depuis le début en chroniques et interviews agrémentées de jeux de mots dont lui seul connaît le secret, et souvent même, le sens...

Articles liés

0 Comment

Leave a Comment

Your email address will not be published.